Accueil > Plantes sauvages comestibles > 1 / Cueillette des herbes sauvages comestibles « mois après mois (...)

1 / Cueillette des herbes sauvages comestibles « mois après mois »

mardi 18 février 2014, par Patrice

En cet fin d’hiver, début Mars dès les premiers redoux les premières herbes sauvages comestibles du bocage normand font leur apparition, c’est le moment de commencer la cueillette de la doucette ( mâche sauvage ) ciboulette...
C’est avec des photos classées chronologiquement que je vais tenter de vous familiariser avec les plantes sauvages comestibles les plus faciles à identifier, qui vous permettront d’accompagner vos repas ; alors il ne vous reste plus qu’à franchir le pas de la connaissance à la pratique et passer de la cueillette à l’assiette.
Je vous recommande la plus grande prudence lors de vos cueillettes, en effet la pollution chimique bactériologique et parasitaires n’empêche pas le développement de ces succulents végétaux, riches en protéines glucides lipides minéraux et vitamines, certaines plantes sont également protégées renseignez-vous auprès d’organismes référents de votre département.
Enfin, les plantes sauvages comestibles cachent de redoutables cousines ennemies, il est important d’identifier les récoltes avec certitude.

Teneur moyenne en protéines de quelques végétaux sauvages en g/100g

Ortie 8 et 40 sechée / faînes 22 / chénopode et bourse à pasteur 4.2

Teneur en glucide.

Châtaignes 42 / glands de chênes 60 / mûres 14.

Teneur en lipides

Noisettes 62 / faînes 50 / glands 22

Teneur en vitamine c mg/100g

Cynorrhodon 500-4000 / feuilles de violettes 210 / feuilles de fraisier 230.

A titre d’exemple orange 50 mg

Plantes de février mars.

La doucette « ou Mâche sauvage »
Un régal de salade

JPEG - 117.7 ko
Nombril de venus ( umbilicus rupestris )

Crassulacée vivace, charnue d’un vert vif, les feuilles sont comestibles crues, en mélange dans les salades ou en décoration, les feuilles après avoir retiré l’épiderme ont des propriétés vulnéraires.

JPEG - 196.9 ko
Egopode ( aegopodium podagraria )

Ombellifère vivace, très aromatique, à pétiole de section triangulaire, la plante est stimulante, diurétique, et vulnéraire, utilisation culinaire jeunes pousses en salade, ou cuites à l’eau comme des épinards, en gratin...

JPEG - 134.5 ko
L’ail des ours

Amaryllidacée possédant un bulbe, toute la plante dégage un puissant parfum d’ail, on consomme les feuilles et fleurs crues dans des salades, ou cuites pour parfumer des omelettes, soupes, on peut également réaliser un beurre d’escargot, cette plante est riche en vitamine C, elle est diurétique et stimulante


CHIPS à l’ail des ours

JPEG - 129.4 ko
Le pissenlit

Bien connue dans nos campagnes, les feuilles de cette composée vivace, renfermant un latex blanc, se consomment , crues, cuites, on peut également manger la racine, coupée en dés et sautée dans de l’huile.
Cette plante est riche en protéines, en provitamine A , et vitamine C, la plante est tonique, et possède des vertus dépuratives, laxatives, diurétiques, cholagogues et stomachiques.

Recette de la salade de pissenlit de Léa

  • Mélange de salade de pissenlit, de chicorée rouge, mâche.
  • Oeufs durs, noix, quelques morceaux de pomme.
  • Sauce préparée avec du vinaigre balsamique et mélange d’huile olive, tournesol, colza, carthame. graines de pavot, de sézame, moutarde à l’ancienne, sel et poivre.
JPEG - 114 ko
Salade à base de pissenlits

Récolte de la sève du bouleau

Cet arbre de la famille des betulacées, fournit au début du printemps une boisson claire, légèrement sucrée, qui renferme des sels minéraux la sève est un puissant dépuratif, antilithiasique( aide à dissoudre les calculs ), et possède des propriétés détersive.
Ce jus de bouleau fermente rapidement, on peut y ajouter du miel ou du sucre, on le transforme alors en pétillant de bouleau

JPEG - 159.5 ko
Percer un trou de 5 à 8 mn dans le tronc du bouleau
JPEG - 141.9 ko
Inserer un tube dans le trou la sève coule
JPEG - 174.7 ko
Ensemble du dispositif
JPEG - 179.1 ko
Reboucher le trou avec une cheville et du mastic
JPEG - 132.8 ko
Pâquerette

Cette petite composée vivace bien connue, est utilisée en salade feuilles ( âcre ) et fleurs, on peut également consommer les feuilles comme légumes, et conserver les boutons dans du vinaigre.
L’infusion de pâquerette est tonique, dépurative, expectorante , et permet en usage externe à réduire les hématomes.

JPEG - 145.2 ko
Violette odorante

Les fleurs de la violette odorante décorent les plats, les salades, et permet aussi de préparer des desserts des crèmes parfumées on peut également préparer des confitures etc..., les feuilles tendres se consomment en salade, ou cuites,
La plante renferme des provitamine C et A en grande quantité, ainsi que des sels minéraux, elle est émolliente, et expectorante, la plante contient des mucilages, et peut se montrer à très forte dose émétique à cause de la violine qu’elle contient.

JPEG - 181.8 ko
Achillée millefeuille

Cette plante vivace, est consommée dans les salades lorsqu’elle est jeune, et peut s’utiliser comme du persil dans diverses préparations culinaires, les fleurs parfument les boissons, c’est aussi la plante indispensable lors de vos sorties en mode survie, c’est un cicatrisant reconnu , grâce à ses propriétés astringentes, et hémostatiques.

JPEG - 137.2 ko
Renouée du Japon

Plante invasive, cultivée anciennement comme plante fourragère, les jeunes poussent se consomment cuites à l’eau comme des asperges, on peut également utiliser les jeunes tiges creuses les farcir puis les cuire au four.

JPEG - 126.5 ko
Lierre terrestre


Petite labiée vivace
, elle permet de préparer de délicieuses tisanes, de parfumer des bouillons, on peut également ajouter dans les salades quelques sommités fleuris.
Elle est riche en vitamine c, elle est tonique, astringent ( tanin ), est expectorant.

JPEG - 86.9 ko
Ortie brûlante


Le plantain lancéolé « salade, légume »

JPEG - 135.8 ko
Alliaire
JPEG - 102.6 ko
Feuille de benoite urbaine
JPEG - 124.6 ko
Racine de Benoite urbaine


Cresson de fontaine

JPEG - 108.6 ko
Pousse de berce
JPEG - 175.8 ko
Berce spondyle
JPEG - 103.7 ko
Mouron blanc
JPEG - 118 ko
Primevère officinale
JPEG - 125.3 ko
Primevère acaule
JPEG - 107.3 ko
Tisane de lierre terrestre et fleurs de pâquerette
JPEG - 147.5 ko
Rosette de lampsane

Cette composée annuelle ressemblant au pissenlit, on consomme la rosette en salade, ou en légume.
Cette plante possède des vertus diurétique.

Mi- Avril Le printemps a bien démarré, de nouvelles plantes sauvages font petit à petit leur apparition
les Salades, légumes pousses et fleurs, sont de plus en plus nombreuses, certaines disparaissent comme la doucette, et d’autres prennent le relais comme la consoude, la nature s’exprime.

JPEG - 107.6 ko
Fleur de cardamine
JPEG - 143.1 ko
Consoude
JPEG - 124.1 ko
Pousse de sapin
JPEG - 188.5 ko
Rosette de coquelicot
JPEG - 102.7 ko
Epiaire


La tanaisie

252 Messages

Répondre à cet article